Affichage Libre & concerts de soutien: Samedi 22 novembre, 20h

0
152

Samedi 22 novembre, 20h

Au café De l’Autre coté du Pont
25, cours Gambetta Lyon 3ème
(métro Guillotière)

Soirée de soutien au collectif affichage libre,
(prix conseillé : 5 euros)

Concerts:

Bronzy Mc Dada (www.myspace.com/bronzymcdada)

+ Ludivine Cypher (www.pasdemyspace/jevousemmerde)

puis ciné-concert de
recorded home
« Headlights, Home Recordings and Super-8 »

http://www.myspace.com/recordedhome

http://affichagelibre.lyon.free.fr/

*******************

Une grande soirée de soutien, en clôture du festival GRRRRND ZERO, aura lieu le 20 Décembre @ GRND ZERO VAISE. Programmation écléctique en cours… On vous en dit plus bientôt.

**********************************************************

Voulez-vous connaître la triste histoire des concerts alternatifs à Lyon ?

Voulez-vous savoir pourquoi vous ne pourrez plus afficher librement dans votre ville ???

Un début de réponse nous a été donné lors du délibéré du procès de l’asso Barbe à Pop jeudi dernier. Car, au final, l’asso Barbe à Pop est bel et bien reconnue coupable des infractions de collage sauvage. Eh oui ! … !

Cependant, et bizarrement (?), il est apparu au juge « nécessaire et suffisant » de revoir à la baisse le montant de ses amendes. On passe donc de 17 x 35 à 17 x 20 Euros. Soit 362 Euros d’amendes (à payer dans le mois) au lieu des 650 Euros de départ (et des 900 demandés par le substitut du procureur).

Les 3 principaux arguments retenus par le juge pour démontrer la culpabilité de Barbe à Pop sont assez incroyables, à vrai dire.

1. Pour le juge, ces amendes ne représentent pas une atteinte à une quelconque liberté d’expression (!) mais ne sont que l’application pure et simple de la réglementation « pour la protection d’un cadre de vie ».

Aux orties la liberté d’expression !

2. Second point, et c’est là que l’argumentation est la plus tordue et perverse :
L’association Barbe à Pop est reconnue « exercer une activité lucrative » (non, vous ne rêvez pas !).
Car, comme le public de ces concerts n’est pas « spécifiquement membre de l’association », il y aurait « un coût financier » et … des « recettes budgétaires » (!).
Enfin, il ne s’agirait pas « d’une activité ayant un caractère de service social, éducatif, culturel ou sportif rendu aux seuls membres de l’association ».

Donc : au feu la non-lucrativité, le bénévolat, l’éthique DIY et l’organisation alternative des concerts !

En conséquent, la loi concernant les assos à but non lucratif (dont celle de la surface de panneaux légaux à respecter etc.) ne peut pas s’appliquer à l’asso Barbe à Pop, selon le juge !
CQFD.

3. Enfin, les Agents de Police Judiciaire Adjoint sont compétents et connaissent la réglementation : ils ne peuvent donc pas se tromper !

A la poubelle la contestation et l’opposition !

Bref … Il ne s’agit pas d’un cauchemar dont vous allez vous réveiller mais bien de la réalité, leur réalité. Barbe à Pop fera peut-être appel de cette décision. On le saura d’ici quelques jours. Les autres assos (ci-dessous) sont, quant à elles, toujours en procès. D’autres amendes et procès tombent ou sont à venir.

Du grand n’importe quoi ?
« Du haut délire juridique » avez-vous dit ?
Je crains que vous n’ayez raison.

Restons mobilisé-e-s. Tout n’est pas perdu. Loin de là.

MURS BLANCS, PEUPLE MUET !

http://affichagelibre.lyon.free.fr/


Procès à venir

Jeudi 23 Octobre : Procès de Pierre de l’asso Ostrobotnie (suite à l’opposition au paiement d’amendes pour « collage sauvage »).

Jeudi 6 Novembre : Procès de l’asso de Damien (aka Chewbacca, Rature, Bronzy McDada, 300 mA ; suite à l’opposition au paiement d’amendes pour « collage sauvage »).

Jeudi 13 Novembre : Procès de Stéphane de l’asso « S’étant chaussée, […] » (pour « collage sauvage »).

*********************************************************

Ah, que cela fait donc plaisir de retrouver sa bonne vieille ville de Lyon en pleine forme pour cette rentrée très chargée ! … Que de bons concerts alternatifs en prévision (mais pour combien de temps encore?) Mais, surtout, que de mauvais procès en prévision !!!

Voici donc, en attendant de pouvoir vous donner plus d’infos, les dernières news du Collectif Affichage Libre de Lyon. Quelques dates à noter en ROUGE dans votre agenda (à Lyon, il y a beaucoup de concerts DIY, mais il y a surtout beaucoup de procès DIY … tous les jeudis à venir, ou presque !)

Jeudi 18 Septembre : Délibéré du procès de Séb de l’asso Barbe à Pop (suite à l’opposition au paiement d’amendes pour « collage sauvage »).

Jeudi 23 Octobre : Procès de Pierre de l’asso Ostrobotnie (suite à l’opposition au paiement d’amendes pour « collage sauvage »).

Jeudi 6 Novembre : Procès de l’asso de Damien de Chewbacca, Rature, Bronzy McDada, 300 mA (suite à l’opposition au paiement d’amendes pour « collage sauvage »).

Jeudi 13 Novembre : Procès de Stéphane de l’asso « S’étant chaussée, […] » (pour « collage sauvage »).

Wouah, trop cool. Sans même parler de nouvelles convocations au commissariat pour les assos alternatives lyonnaises, avec sans doute de nouvelles amendes et procès à la clef. Et dire que Lyon est très fièrement et très incroyablement candidate au titre de Capitale Européenne de la Culture en 2013 !??!

Sans blague ?! Quel avenir pour les contre-cultures à Lyon ?

Nous, Collectif pour l’Affichage Libre, n’abandonnerons pas le combat car nous voulons que tout le monde puisse continuer à organiser des concerts DIY/ alternatifs/ underground en affichant librement dans les rues.

Nous comptons sur vous pour venir soutenir toutes ces assos lors de leurs procès. Votre présence et votre soutien sont indispensables… Résistons… Ne nous laissons pas faire.

 

Palais de Justice 08h30

 

67, Rue Servient

 

Salle B

Rez-de-jardin

69003 Lyon

Tram Palais de justice – Mairie du 3e / M° Place Guichard / Bus :
Saxe-Préfecture

http://affichagelibre.lyon.free.fr/

*********************************************************

PETIT COMPTE RENDU DU PROCES DE BARBAPOP: Jeudi 19 Juin

Pour commencer, un grand merci à toutes ceux qui ont pu venir au procès de l’association BARBE A POP le Jeudi 19 Juin !!!

Il devait bien y avoir une soixantaine de personnes présentes alors, ce qui est déjà une petite victoire en soi; il s’agissait déjà de la 4ème comparution … en moins de 6 mois !
Merci à VOUS !!!

La salle d’audience était pleine. Rappelons combien il est important de leur montrer que ce mouvement de résistance mobilise sur Lyon.

Par contre, la ville avait bel et bien dépêché rien moins qu’une douzaine de CRS pour nous, craignant sans doute le pire. « Tremble Lyon, tremble. » Notre avocat a d’ailleurs ironisé sur notre supposée dangerosité et sur les inutiles dépenses de la ville pour employer ces gens-là lors de l’audience, quand il ne s’agit pas de l’Unité Cadre de Vie verbalisant à tour de bras les petits colleurs d’affiches.

A quoi sert l’argent public ? A ça. Surveiller et punir l’affichage libre.

Le procureur a dit en substance que, l’association Barbe à Pop reconnaissait bel et bien avoir commis lesdites infractions et que l’association n’est pas « à but humanitaire » -« comme on voudrait bien le faire croire aux gens » ou bien « le lui faire croire » !?!-, la structure se fait très certainement de l’argent avec ses concerts (concerts à but lucratif, donc), il demandait donc le paiement des amendes, majorées de 15 Euros chacune, soit 50 Euros par affiche collée au lieu des 35 du départ.

Le substitut dont la pièce manquante, responsable du précédent ajournement, était la surface réelle que la ville de Lyon utilise déjà pour les panneaux d’affichage libre a aussi mis en avant que la ville de Lyon était presque aux normes, à 20-25 mètres carrés près, surface dérisoire à ses yeux, renforçant donc le caractère illégal desdits collages.
Il a enfin argué du fait qu’il n’imaginerait personne content du fait de voir collées de telles affiches sur les murs de son propre immeuble ou dans sa rue un jour.

Après ça, la plaidoirie de notre avocat, Maître Couderc, a été assez longue et argumentée, mettant en avant les contradictions et illégalités commises par la ville elle-même et les grosses structures (collant aussi bien dessus qu’en dehors des panneaux d’affichage libre, preuves photos à l‘appui), puis se rapportant aux textes de loi, dont l’un très important qui stipule qu’aucune poursuite ni amende ne peut avoir lieu ni être demandée tant que la ville n’est pas aux normes côté surface de panneaux d’affichage légaux (quelle que soit la surface manquante). Le juge a d’ailleurs demandé que l’avocat lui fournisse cette pièce.

Pour démonter les arguments du substitut : – personne n’a jamais dit que cette association était humanitaire (!), mais si petite soit-elle elle contribue à la ville culturelle « alternative » lyonnaise – en organisant des concerts à but non lucratif (s’il y a un prix d’entrée, c’est simplement parce qu’il faut payer les groupes qui jouent).

Il a aussi insisté sur le fait que ces affiches étaient vraiment toute petites (et, qu’à ce titre, peut-on raisonnablement parler de pollution visuelle, de « saleté » ?), comparées à celles collées par le Transbo, la ville ou d’autres structures commerciales, lesquelles, autant qu‘il sache, ne sont pas soumises à de telles poursuites ou procès.

Émettant aussi l’hypothèse que le substitut serait certainement encore moins aise de constater un jour que le mur de son immeuble aurait été recouvert par des grandes affiches de concerts commerciaux ou bien encore par de grandes affiches de la ville de Lyon (Biennale par exemple)… Moment de douce hilarité dans la salle…

Notre avocat a ainsi essayé de recentrer le débat, expliquant qu’il n’était pas celui de « ville propre versus ville sale », mais qu’il dépassait largement ce cadre-là. Et profitait même du soutien de structures officielles s’occupant des musiques actuelles au niveau national.
De même, alors que la ville sanctionne à tout va les petites structures associatives, il a rappelé que le collectif s’était créé pour entrer en discussion et faire des propositions à la ville de Lyon, sans pour autant que cette discussion ou que ces propositions soient réellement entamées du côté de la ville.

Il a enfin illustré la contradiction dans laquelle la ville de Lyon se trouve, avec l’exemple de l’exposition consacrée à Keith Harring, artiste américain dont le travail est maintenant reconnu et exposé dans les musées, alors que la plupart de ses oeuvres (tags, graffs etc.) ont été réalisées dans la rue et dans le métro, illégalement.

L’avocat a donc fini par demander la relaxe pure et simple, et que la ville change sa politique pénale à l’égard de l’affichage libre et de ces petites associations organisatrices de concerts.

Le juge a remis les délibérés au Jeudi 18 Septembre !

A quelle sauce sera-t’on mangé-e-s ?
Que nous prépare-t’on ?
On le saura le 18 Septembre.

Enfin, rappelons que 2 autres assos ont fait opposition, et que les procès sont en cours. Ils auront certainement lieu à la rentrée.

La lutte pour la défense l’affichage libre continue, prenant des allures de course de fond.
Solidarité, pugnacité et endurance sont les maîtres mots.

Nous comptons sur VOUS !!! 😉

MURS BLANCS, PEUPLE MUET !

http://affichagelibre.lyon.free.fr/

*********************************************************

PARODIE DE JUSTICE

Un petit report rapide …

Tout d’abord, un grand merci à toutes celles et tous ceux qui ont pu faire le déplacement ce matin, malgré l’horaire fort matinal de semaine, les grèves et la chaleur !

Nous devions donc être entre 65 et 70 personnes au Palais de Justice ce matin. Une très bonne chose en vérité, compte tenu des divers aléas de la journée, mais une plus faible mobilisation que pour le procès du Sonic … hélas ! Alors que, rappelons-le, l’enjeu est tout aussi, voire plus, important, plus général encore, puisqu’il s’agit de défendre l’affichage libre à Lyon !!!
Rien que ça.

Des médias télés et radio sur place, et ça c’était plutôt cool aussi !

Par contre, après un préambule du juge concernant les délibérés des affaires précédentes, nouveau coup de théâtre! Le représentant du procureur, en charge de l’accusation, a demandé, une fois encore, comme en son temps pour le procès du Sonic, le renvoi du procès à une date ultérieure … au plus grand dam de tous les gens présents dans la salle comble du tribunal et de l’avocat de Barbe à Pop !!! Prétextant tout d’abord l’impossibilité qu’il aurait eue de prendre connaissance de toutes les pièces du dossier, transmises pourtant dans les temps par l’avocat, puis, suite à la colère de ce dernier, prétextant ensuite l’absence d’une pièce importante qu’il se devait de verser lui-même au dossier !!! Stupeur et tremblements.

Du grand n’importe quoi.

Le juge marche dans la combine, ajourne le procès et la salle se vide quasiment entièrement dans des murmures de ras-le-bol et de foutage-de-gueule généralisé.

 

Le procès de Barbe à Pop est donc repoussé au JEUDI 19 JUIN à 9 Heures !!!

 

 

Au même endroit: Palais de Justice

 

67, Rue Servient

 

Salle B

Rez-de-jardin

69003 Lyon

Tram Palais de justice – Mairie du 3e / M° Place Guichard / Bus :
Saxe-Préfecture

Conclusion :

Ne nous laissons donc pas démotiver, démoraliser et affaiblir inutilement !
Car c’est là tout ce qu’ils attendent de nous.
Et ils auraient bel et bien gagné si tel était le cas.

Restons au contraire plus que jamais solidaires, nombreuses et nombreux et
mobilisé-e-s !!!
Nous comptons absolument sur VOUS le Jeudi 19 Juin.
Rappelons que les amendes continuent de tomber sur les assos et que les enquêtes continuent.
Réagissons donc … avant qu’il ne soit trop tard et qu’il ne nous reste plus que nos yeux pour pleurer.

C’est de l’avenir des salles de concerts underground, des assos organisatrices de concerts DIY, de la scène musicale alternative locale, extra-locale et internationale qu’il s’agit.

Voulez-vous que Lyon devienne une ville morte, dans laquelle les contre-cultures n’aient plus le droit de s’afficher et d’exister ? Nous, NON. C’est ce pour quoi il faut résister et se battre.

Nous comptons sur VOUS.

http://affichagelibre.lyon.free.fr

SANS OUBLIER LE CONCERT DE SOUTIEN A L’AFFICHAGE LIBRE:

Vendredi 13 Juin /// 21h00

ISP (Rockin’punk hardcore/Valence) http://www.myspace.com/ispline

+

Bad chickens (Street punk rock/26) http://www.myspace.com/badchickensinc

@ TROKSON 110 montée de la grande cote LYON 1

5 euros

*********************************************************

PROCES D’UN COLLEUR D’AFFICHES /// POUR UNE VILLE PLUS PROPRE ?

Tandis que la ville de Lyon revendique le statut de « Capitale Culturelle »,
elle s’applique dans un bel élan schizophrène à faire disparaître le
principal moyen d’information et d’expression de toute la culture
associative, militante et artistique.

En effet, depuis la mise en place de l’unité « Cadre de Vie » en 2007, la
municipalité a décidé d’éradiquer l’affichage libre, considéré comme une
simple pollution visuelle (enquêtes acharnées et disproportionnées, pluies
d’amendes et de procès).

Après le procès intenté à la salle le Sonic fin Janvier 2008, la Ville
tourne dorénavant ses attaques directement contre les petites associations.

L’association Barbe à Pop ouvre le bal et passe ainsi en procès le Jeudi 22
Mai.

Dans le même temps, les panneaux d’affichage libre, réservés selon la loi
aux structures à but non lucratif, continuent d’être recouverts
systémiquement par les grandes structures commerciales.

Pour nous, l’affichage libre est un droit : le droit à la liberté
d’expression.
Réprimer l’affichage libre, c’est ni plus ni moins une atteinte à la liberté
d’expression.

Car la ville de Monsieur Collomb est aussi notre ville : et nous n’avons pas
la même notion de la propreté, qui est une valeur bien relative.

Après les lois « ani-bruit », les caméras de vidéo-surveillance qui
contrôlent notre vie, voici l’opération « ville propre » qui gère notre
pensée : que sont quelques affiches A3 face à des pubs de
quatre mètres de long, des milliers de panneaux Decaux et Insert, des
milliers d’enseignes !?! La pub est partout, elle envahit notre espace, nos
cerveaux. Elle est légale parce qu’elle rapporte beaucoup de fric. Pour nous
la saleté commence ici.

Nous demandons :

L’annulation des amendes et des enquêtes ;

Que les grandes structures commerciales cessent d’utiliser illégalement
les panneaux d’affichage libre ;

Une forte augmentation du nombre de ces panneaux ;

La tolérance permanente du collage au scotch et la prise en compte de
l’application
de la loi : il est parfaitement légal de coller à la colle sur les boutiques
fermées et les palissades de chantier.

Toutes et tous au Palais de Justice pour soutenir l’affichage libre le Jeudi
22 Mai à 8 H 30 !!!

Entrée libre

Palais de Justice

67, Rue Servient
Salle B
Rez-de-jardin
69003 Lyon

Tram Palais de justice – Mairie du 3ème / Métro Place Guichard / Bus
Saxe-Préfecture

Le Collectif Affichage Libre

http://affichagelibre.lyon.free.fr/

***********************************************************

Après le Sonic c’est BARBAPOP qui ouvre le bal des procès pour affichage libre au scotch.

Alors restons mobilisés et soutenons cette asso qui n’est que la première à être attaquée, a qui le tour ensuite.

Rendez-vous est donc pris pour le 22 Mai 08h30 (pour ceux qui veulent assister au débats)

TRIBUNAL, 67 Rue Servient, 69003 Salle B, Rez-de-jardin

 

VENEZ NOMBREUX…

pour plus d’infos le site du collectif AffichageLibre.Lyon

***********************************************************

Pour la défense du SONIC, de l’affichage libre et de toutes les structures en cours de procédure, rendez-vous

 

Jeudi 31 Janvier – 08h30

TRIBUNAL, 67 Rue Servient, 69003 Salle B, Rez-de-jardin

 

VENEZ NOMBREUX…

La mairie de Lyon s’attaque une fois de plus à l’affichage libre, notamment à la Croix Rousse. Une grande campagne d’hygiènisation est mise en place, ainsi qu’une brigade « environnement et propreté ». Les enquêtes se succèdent, les amendes pleuvent (y compris, fait quasi-inédit en France, pour des affiches simplement posées au scotch) sur des associations fondées essentiellement sur le bénévolat et des rapports non-marchands.

Tandis que la Ville se vante du « potentiel créatif » lyonnais pour décrocher le titre de « Capitale Européenne de la Culture 2013 », elle s’attache à détruire méthodiquement toute la culture associative, militante et artistique.

Précisons que cette campagne ne fera pas disparaître l’affichage en général, puisque les grosses structures intègrent désormais ces amendes dans leur budget. Nos élus le savent : le zèle des « brigades vertes » n’empêchera pas nos murs d’être recouverts d’affiches pour Johnny Hallyday ou pour des marques de parfum. Cette acharnement vise donc UN type d’affichage, spontané, informel et mène une guerre sans répit aux pratiques qu’il promeut, des pratiques fondées sur l’échange, la culture et la solidarité plutôt que sur le fric et le consumérisme individualiste.

Qu’on cesse de nous parler de la poignée de panneaux municipaux, cyniquement nommés « affichage libre », monopolisés par les grandes boîtes de production d’évènementiel.

Qu’on cesse de taxer nos affiches de pollution visuelle alors que nos élus municipaux offrent sur un plateau l’espace public lyonnais à JC Decaux.

Qu’on cesse, au nom d’une pseudo écologie urbaine, de nous accuser de « salir » la ville alors que le mobilier urbain est tout dédié à la promotion de la bagnole et à l’apologie de la surconsommation.

Une fois de plus, la mairie de Lyon nous offre une belle leçon sur nos droits fondamentaux conforme à notre époque liberticide.

Il nous semblait pourtant que lorsqu’on n’a pas accès aux grands médias, la liberté d’expression commence avec le droit de pouvoir écrire sur un bout de papier et de le coller sur un mur. Mais apparemment, elle vaut autant qu’une crotte de chien et moins qu’une pub pour un déodorant.

Il nous semble également que la richesse et la diversité de la vie culturelle lyonnaise ne dépendent pas d’un titre pompeux, mais de l’activisme quotidien d’une multitude d’individu-e-s et collectifs aujourd’hui gravement et injustement pénalisés.

Où voulons nous vivre ? Dans une ville artificielle, aseptisée, taillée pour les dépliants touristiques ?

Dans espace public abandonné aux marchands ?

NOUS, collectif d’associations, d’individu-e-s et artistes pour l’affichage libre réclamons l’arrêt immédiat des enquêtes, l’annulation des amendes et, surtout, continuerons d’afficher LIBREMENT.

Pour toute question, récrimination ou soutien à ce collectif, n’hésitez pas à écrire à cette adresse : gerard.collomb@mairie-lyon.fr

pour plus d’infos le site du collectif AffichageLibre.Lyon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here